Les rouages de la finance pour les entreprises et particuliers

Le paysage financier n’a cessé d’évoluer depuis quelques années. Avec la mondialisation, la colocalisation et la délocalisation ont fait leur grande entrée dans le vocabulaire de toutes les entreprises. Mais quels en sont les avantages, les conditions en tous genres de la création d’une société offshore ?

Si c’est là un point qui touche exclusivement les entreprises, les particuliers ont également des notions indispensables à connaître. Notamment en ce qui concerne la gestion de leur patrimoine, les assurances, etc.… Ce sont sur ces deux points que nous allons conduire notre approche.

La société offshore

Les sociétés offshores ont longtemps été assimilées aux paradis fiscaux, bien que offshore ne signifie pas forcément évasion fiscale. Pour mieux comprendre, voici une petite définition : La société offshore  est une société exempte d’impôts, qui n’est pas autorisée à s’engager dans des affaires dans la juridiction de la constitution. Elle est opposée à ce qu’on appelle société onshore. Ce type de société (l’offshore) est tout à fait adapté à la fourniture de prestations immatérielles ainsi qu’à la détention d’actifs. L’offshoring est le plus souvent la délocalisation des activités de service ou de production d’une entreprise dans un pays de plus bas salaire.

Ce phénomène a des conséquences, et sur les pays bénéficiaires et ceux qui subissent la délocalisation. Pour ces derniers, les répercussions sont négatives. En effet, l’offshoring génère des licenciements indirects, des pertes d’emploi, la faillite des sous-traitants des entreprises ayant délocalisé, etc.… Par contre, pour les pays bénéficiant de ce phénomène, les conséquences sont plus avantageuses. La création d’emplois et le transfert du savoir-faire et des techniques, entraînent par voie de conséquence l’accroissement du niveau de vie de ces pays. Ces conséquences s’étendent bien sûr de manière globale en rééquilibrant le partage de richesses entre pays pauvres et pays riches. Si ce sont là les généralités concernant l’offshoring, il est nécessaire maintenant de savoir comment procéder en pratique. Pour créer une société offshore, il faut en premier lieu se mettre au courant de la législation du pays d’implantation. Ensuite, il faut passer par plusieurs étapes. En premier lieu, vous devez avoir recours à un avocat droit des affaires. Il en existe un bon nombre qui font dans la creation societe paris. Des cabinets d’avocats sont donc tout prêts pour vous aider dans vos démarches. Le cabinet de votre choix va commencer par la constitution de la société offshore, puis la rédaction de l’ensemble des documents légaux. Il va mettre à votre disposition un directeur désigné, ainsi qu’un actionnaire désigné. Dans la foulée, vous obtiendrez le pouvoir général. Une adresse légale va vous être fournie ainsi qu’un service de bureau virtuel ou physique, au choix. Les documents seront légalisés par apostille et par un notaire paris immobilier (si le cabinet de votre choix s’y trouve) (Consultez http://www.lacourte-notaires.eu/). La dernière étape est l’ouverture d’un compte bancaire pour votre entreprise. Voilà comment vous pourrez obtenir une société offshore clés en mains. (voir le site http://www.cabinet-grinholtz-attal.com/)

La gestion du patrimoine

La defiscalisation conseil (Cf : http://www.cmc-conseils.fr/defiscalisation/recapitulatif/) , c’est le choix des outils adaptés à ses objectifs patrimoniaux (assurer sa retraite, constitution d’un patrimoine immobilier, etc.…). Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas réservé exclusivement aux plus nantis. La gestion de patrimoine requiert juste un raisonnement sur le long terme. Il s’agit de bien définir les objectifs. C’est un travail de longue haleine, surtout pour un particulier, d’où la nécessité de faire appel à un professionnel. Mais en premier lieu, il faut savoir que la création de patrimoine repose sur deux piliers. La première, c’est les placements financiers qui englobent les placements types assurance-vie, qu’un conseiller en gestion de patrimoine peut être amené à proposer via les banques de gestion. En mutualisant l’épargne de ses clients, ce même conseiller peut leur faire accéder à des placements traditionnellement réservés aux grandes fortunes. Le deuxième pilier repose sur l’immobilier de rapport, consistant à acheter à crédit un bien immobilier dans le but le louer à une tierce personne. Bien évidemment, l’investisseur rembourse son crédit à son banquier, en majorité grâce à la mensualité compensée par les loyers perçus de son locataire. L’avantage est que le locataire lui-même participe à la constitution de votre patrimoine. Comme l’opération n’est possible qu’avec la présence du locataire, l’expertise du conseiller en gestion du patrimoine consiste à vous présenter les biens ayants la garantie d’être loués. En effet, contrairement à ce que certains cabinets de défiscalisation pure voudraient faire croire, l’important est bien d’avoir la certitude vous obteniez le loyer prévu par le contrat de bail et non l’acquisition du bien en lui-même pour profiter des mesures fiscales. Donc, que vous soyez un simple travailleur ou le propriétaire d’une grande entreprise, la gestion du patrimoine vous sera toujours utile pour constituer votre avenir à long terme et pour votre fiscalité.

Gérer son patrimoine en prévoyant les dangers

Pour mieux gérer votre patrimoine, il est vital de vous souscrire à une assurance. C’est un service qui fournit une prestation lors de la survenance d’un risque. Généralement financière, cette prestation peut être destinée à une association, une personne ou à une entreprise en l’échange de la perception d’une cotisation ou d’une prime. La souscription à une assurance passe par un contrat. Celui mentionne : la prime que l’assuré s’engage à verser, la prestation de l’assureur en échange, le risque ou événement incertain, et enfin l’intérêt d’assurance exprimé négativement. Il y a différents types d’assurance : les assurances de personne (divisées en sous branches : collectives et individuelles), les assurances de biens et les assurances d’activité. Pour les assurances de personnes, on peut voir entre autres l’assurance auto accident ou l’assurance décès en ce qui concerne les personnes individuelles. (voir le site http://www.assurance-accidents-de-la-vie.com/)

Pour les assurances collectives dans le cas des groupements comme l’association consommateurs 67 (CF ufc-quechoisir67.org)  par exemple, on peut voir l’assurance prévoyance collective qui peut se manifester par la proposition d’une couverture de santé complémentaire. L’assurance des biens protège les équipements des entreprises (véhicules, meubles,…) contre les risques de dommages involontaires.

Vous aurez la garantie d’être remboursé si votre matériel subit des dégâts, ce qui vous évitera surement des grosses pertes. Et enfin, l’assurance d’activité couvre les dommages susceptibles d’être causés par les activités de l’entreprise. On peut citer comme exemple l’assurance moyens de paiement qui indemnise le préjudice subi à cause d’un incident de paiement (fausses cartes de crédits, utilisation frauduleuse de chèques, chèque en bois, chèque sans provision…)

L’assurance couvre aussi nos animaux

Et oui, même nos animaux de compagnie peuvent aussi être couverts vu qu’ils ne sont pas à l’abri des accidents et des dangers. L’assurance santé chien de www.gefi-petinsurance.com rembourse une très grande partie des soins médicaux pour soigner vos chiens et chats. Ceci doit cependant être la conséquence d’un accident ou d’une maladie : Analyses, honoraires du vétérinaire, hospitalisation en clinique ou en cabinet, médicaments et traitements, détartrage préventif, vaccins annuels, ambulance, etc.…

En souscrivant vos petits compagnons à cette assurance, vous avez la possibilité de les soigner à tout moment. Votre budget n’en souffrira pas et vous aurez l’esprit tranquille même en cas d’urgence. Cette assurance a donc un double avantage pour vous et pour votre animal. Lui aura la garantie d’avoir des soins médicaux adéquats en cas de besoin et vous, l’assurance quant à la stabilité de votre budget.